Haïti: des milliers de paysans en colère contre Monsanto et le gouvernement

Publié le par Collectif 35 des amis d'Haïti

Haïti: Des milliers de paysans haïtiens ont participé à une manifestation pour protester contre le gouvernement, à qui ils reprochent de distribuer des semences de la firme multinationale Monsanto.

Rassemblés vendredi à Hinche, dans le centre du pays, les manifestants, portant des chemises rouges et des chapeaux de paille, arboraient des pancartes et chantaient des slogans dénonçant le président René Préval et réclamant le départ de Monsanto du pays, a constaté une journaliste de l'AFP.

La compagnie a fait don de 475 tonnes de maïs aux paysans haïtiens dans le cadre de Project Winner, une initiative de l'agence publique américaine d'aide au développement, l'Usaid.

Selon le ministère haïtien de l'agriculture, le but de cette initiative est d'accroître la productivité agricole du pays, sévèrement touché par le séisme du 12 janvier qui a fait entre 250.000 et 300.000 morts et laissé quelque 1,3 millions de sans-abri.

Mais de nombreux paysans craignent que les semences reçues ne soient une menace pour les variétés locales.

"Le gouvernement haïtien utilise le séisme pour vendre le pays aux multinationales", a dénoncé Jean-Baptiste Chavannes, coordinateur du Mouvman Peyizan Papay (MPP), à la pointe du mouvement des agriculteurs haïtiens.

Kettly Alexandre, du MPP, a estimé le nombre de participants à la marche de vendredi entre 8.000 et 12.000 personnes. La police n'a pas confirmé ces chiffres.

"Nous devons nous battre pour nos semences locales", a déclaré Jean-Baptiste Chavannes en s'adressant aux manifestants. "Nous devons défendre notre souveraineté alimentaire".

Un porte-parole de Monsanto aux Etats-Unis a indiqué à l'AFP que les semences données aux Haïtiens n'étaient pas génétiquement modifiées mais qu'il s'agissait de "semences hybrides conventionnelles, déjà utilisées en République dominicaine".

Mais pour M. Chavannes, les dons de Monsanto constituent "une attaque contre l'agriculture paysanne, contre les fermiers, contre la biodiversité, contre les semences locales, contre ce qui reste de notre environnement en Haïti".

D'autres manifestants tournaient leur colère contre le gouvernement. "Je suis ici car je suis en colère contre Préval", a expliqué Pierre Charité, un agriculteur de 61 ans qui cultive maïs, plantains, canne à sucre et pistaches sur le plateau central haïtien. "Il a accepté du maïs qui est mauvais, qui va tuer le maïs haïtien. Je ne vais pas l'utiliser".

 

 

http://www.lenouvelliste.com/graphics/logos/lenouvelliste.gif

Cliquer sur l'image pour accéder à l'article original

Publié dans Médias

Commenter cet article