Mardi 16 février 2 16 /02 /Fév 11:22
14 février 2010
 
Un mois après ! difficile de trouver des mots, toujours des images dans la tête, la force de ce séisme, la maison qui tremble, les murs qui tombent autour de moi, les livres, la vaisselle, les bouteilles, tout tombe , l’escalier  qui danse , et toutes ces  maisons voisines  qui s écroulent  avec ces voisins croisés dans le quartier, dans des soirées !!! Et ce bruit infernal, et cette poussière !!!

Et puis le choc de voir par la suite que ce n’est pas un quartier, celui de Turgeau qui est touché, mais toute une ville, plusieurs villes, des édifices, des églises, des écoles,  des universités, des hôpitaux bref, aucune description n’est possible.

Alors un mois après, la ville a changé, le pays a changé, la vie a changé, les réflexes ont aussi changé …

Les rescapés sourient car ils sont en vie, ils VIVENT, comme si sur cette loterie, ils ont gagné la vie !! Pourquoi  eux, pourquoi  nous ??

Un mois après, on voit des camps, plus de places vides, plus d’espaces,  plus de terrains de foot, tout est gagné par les tentes, ou plutôt les abris précaires !

La ville a changé, quelquefois on ne reconnait même plus car des repères ont disparu !!!! les déblaiements commencent, l’église Saint Louis Roi de France est déblayé, (l’ISPAN est indigné, alertant l’opinion  de cette perte de patrimoine et proposant la reconstruction !!),  des espaces sont nouvellement créés avec les déblaiements !! des espaces pour de nouvelles construction mais en attendant  les tentes arrivent de suite !

La rue recommence à vivre, heureusement !

L’aide d’urgence est la, les ONG aussi, parait il près de 900 supplémentaires en un mois, c’est pas mal, cela fait 30 par jour, vous pouvez imaginer ? Moi non ?  Toutes les nations sont représentées, tous les âges, toutes les confessions, tous les experts aussi !!  et ils ont  tous des solutions !  L’aide alimentaire est distribuée en grande quantité, il faut toucher du monde, ces milliers de réfugiées, mais on oublie que la production nationale  est la, que les privés important  du riz sont la, leur dépôt ne sont pas tous sous les décombres, que les marchandes  aimeraient bien  aussi vendre, ou acheter !!!

Du coté des bailleurs de fonds, c’est pareil, chacun fait son évaluation, amène aussi ses experts (les siens !!) , et prépare un document pour la reconstruction !!!! tout le monde est au chevet de ce pays !   Et entre tous ces documents,  toutes ces propositions , il devrait bien en avoir un de bons ?

Le gouvernement  essaie tant bien que mal de parler, de proposer , d’écrire , d’interdire  l’exploitation des carrières au dessus de PauP, de faire des propositions de camps, certaines propositions ne plaient pas aux bailleurs, alors chacun fait ce qui lui plait !!!

La société civile les mouvements sociaux, les mouvements paysans, les partis  politiques  essaient de parler, de dire, « on est la !! c’est notre pays, il ne va pas bien, mais c’est le notre !! on a aussi des idées !! »), mais ils ne sont pas entendus !

Vendredi 12 février, journée de deuil national, j’ai quitté PauP le matin, aucune  voiture dans la rue, seulement des groupes habillés de blancs et noir, des rassemblements, des chants, impressionnants !! Chapo ba pou pep sa a ! 

Arrivée à Jacmel, une marche silencieuse se prépare, 1000 membres et volontaires  de CROSE se préparent  chacun avec un maillot noir et blancs et une bougie dans la main ; et départ dans la ville, dans les quartiers sinistrés, en silence, cette marche me fait du bien, elle me permet et de saluer tout ceux qui sont morts et que nous n’avons pas pu enterrer, Myriam, Magalie, Fruck, Arsen, Fritz, Roger, George, Micha, Lissa, Gyna … Maens et  ces enfants, les enfants de Reynold …. Et tous les autres

Comme quoi, il faut arriver à faire ce deuil, il faut arriver à vivre avec les vivants, et à penser  à ce futur, certes compliqué, tant au niveau humain, qu’au niveau politique !

Un mois après il faut aussi essayer de reprendre certaines habitudes, redormir sous un toit, retrouver un toit, une maison, un lieu de vie, se défouler, de jouer,  savoir décompresser, et puis penser à l’avenir sans craintes, sans secousses bien entendu !! mais surtout un pays qui change , qui avance , de penser à ce peuple qui a le droit de vivre digne !!! qui a le droit  de dormir sous un toit, de rire, de chanter ……
 
 Cécile

Cécile Brut est expatriée depuis de nombreuses années en Haïti.
Elle coordonne les programmes de AVSF (Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières).
Cécile Brut  a notamment fait connaître Veterimed en France.
Par Collectif 35 des amis d'Haïti - Publié dans : Des mots
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Contact


solidarite35haiti@gmail.com

06 28 60 84 75

Reçu fiscal

Particuliers:
75% déductible des impôts à hauteur de 510 €
Au-delà de 510 €, 66% dans la limite de 20 % du revenu net imposable
5 années de report

Entreprises:
60 % à concurrence de 5 pour mille du chiffre d'affaire

Syndication

  • Flux RSS des articles
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés